Découvrez le sexe de votre bébé dès le premier trimestre

× Envoyer mon echographie Le fonctionnement de BABYGRAM La méthode du bourgeon génital Echo du 1er trimestre Méthode de Ramzi Foire aux questions Qui sommes nous? Contact
babygram Babygram

Découvrez le sexe de votre bébé dès le premier trimestre

La vérité sur le risque de fausse couche

Cet article est inspiré de l'excellent travail de la blogueuse et chercheuse américaine Amy Kiefer, PhD.

Vous essayez de savoir quels sont les vrais risques de faire une fausse couche ? Difficile de s’y retrouver lorsque l’on regarde l’information disponible sur les sites grands publics. Certains annoncent un risque concernant « 15% des grossesses avant 14 semaines d’aménorrhées » d’autres parlent de « 15 à 20% des grossesses confirmées sans compter celles qui se produisent au début de grossesse et dont on ne se rend pas toujours compte. » (pour de l’information précise on repassera…), d’autres indiquent que les fausses couches sont si fréquentes « qu'une femme sur quatre y sera con­frontée dans sa vie » (information somme toute assez anxiogène et alarmiste), certains enfin avancent qu’il existe une semaine plus à risque et que les fausses couches auraient « lieu le plus souvent entre la 8e et la 9e semaine d'aménorrhée » (ce qui est faux). Aucun de ces médias n’annonce ses sources et même si parfois des médecins sont cités, on peut déplorer qu’aucune vérification de l’information sur la base de la recherche scientifique n’est effectuée. Par ailleurs, très peu de sites distinguent le risque de fausse couche selon les différents facteurs de risques qui la caractérisent, or cette information est clé.

Qu’est ce qu’une fausse couche ? La fausse couche correspond à un arrêt spontané de la grossesse avant la 22ème semaine d’aménorrhée (SA), date de viabilité du fœtus. Entre 12 et 22 SA, on la qualifie de "tardive" et passé ce délai, le fœtus est déclaré à l’Etat civil et l’on parle de décès in utero. On distingue usuellement la fausse couche isolée (la femme enceinte fait une seule fausse couche puis a des grossesses normales) qui n’est pas considérée comme pathologique, des fausses couches à répétition (la femme de moins de 40 ans, enceinte avec le même partenaire, présente au moins 3 fausses couches spontanées consécutives avant 14 semaines d’aménorrhée, situation qui concerne 1,5 % des femmes) qui doit faire l’objet d’investigations médicales approfondies.
Les termes du sujets ainsi clarifiés, le risque de fausse couche peut être présenté selon :
1 - le terme de la grossesse ;
2 - la constatation d’un rythme cardiaque chez le fœtus ;
3 - la fréquence cardiaque fœtale ;
4 - les facteurs de risques personnels et comportementaux : l’âge de la mère et du père, le nombre de fausses couches antérieures, le mode de vie.

1 – Le risque de fausse couche baisse tout au long du premier trimestre

D’après l’analyse de quatre études scientifiques conduites entre 2000 et 2009, le risque de fausse couche entre la 5e et la 20e semaine de grossesse est compris entre 11 et 20% selon les études. Le risque est le plus élevé au début du premier trimestre et il diminue à mesure que la grossesse progresse. Avant 5 semaines de grossesse, aucune étude n’apporte de chiffres en raison du manque de diagnostics des grossesses à un terme si précoce. Dans l'étude portant sur une large cohorte de 4 887 femmes américaines essayant de concevoir (dont 4070 sont tombées enceintes), il apparaît que le taux de fausse couche était de 4 à 5% au cours de la 6e semaine de grossesse. À la 7e semaine, ce risque tombe à 2,5% puis les taux oscillent autour de 2% par semaine jusqu'à la 14e semaine où le risque de fausse couche passe sous la barre des 1%.

Risque de fausse couche selon le terme en semaines de grossesse

2 – Le risque de fausse couche est globalement moindre après constatation d’un rythme cardiaque chez le fœtus

Selon une étude portant sur 697 grossesses se déroulant normalement, les taux de fausses couches diminuent entre 6 et 10 semaines de grossesse. Plus précisément, si le rythme cardiaque fœtal est confirmé, le risque est de :


Une étude similaire sur 668 grossesses avec un rythme cardiaque fœtal confirmé entre 6 et 10 semaines, a constaté également une baisse du risque de fausse couche au fil des semaines :

Mais pour les femmes de 35 ans et plus, ces études sous-estiment le risque de fausse couche. En particulier, même après confirmation d'un rythme cardiaque fœtal, le risque de fausse couche est plus élevé pour les femmes de 40 ans et plus jusqu'à 12 semaines, selon une étude portant sur 384 femmes de plus de 35 ans.
Malgré le risque plus élevé pour ce groupe d'âge dans l'ensemble, un résultat d'échographie normal à partir de sept semaines reste un signe prometteur. Les femmes qui sont entrées dans l'étude au cours de leur 4e à 5e semaine de grossesse avaient un risque d'environ 35% de fausse couche. Les femmes qui sont entrées plus tard dans l'étude, et qui ont donc eu une échographie et un rythme cardiaque normaux à 7-10 semaines, avaient un risque inférieur à 10%.

3 - Le risque de fausse couche dépend de la fréquence cardiaque fœtale

Un rythme cardiaque fœtal indique souvent une grossesse saine et viable. Mais une fréquence cardiaque fœtale trop lente peut plutôt signaler une fausse couche imminente. En effet, la probabilité d'une fausse couche au premier trimestre varie selon la fréquence cardiaque fœtale, selon une étude portant sur 809 grossesses. Plus la fréquence cardiaque est basse, plus le risque de fausse couche est élevé. (La fréquence cardiaque fœtale normale change avec l'âge du fœtus, de sorte que les tableaux suivants décomposent le risque par semaine de grossesse).

4 - Les caractéristiques et comportements personnels ont une influence sur le risque de fausse couche

Fausse couche et âge des parents

Le facteur de risque le plus important, comme on le sait, est l'âge de la femme : les taux de fausses couches augmentent avec l'âge, en particulier quand la femme approche les 40 ans. L'âge de l'homme est également important, surtout après l'âge de 40 ans. Anne-Marie Nybo Anderson, du Danish Epidemiology Science Center, a dirigé la plus grande étude démographique jamais réalisée sur l'âge et les fausses couches. Anderson a suivi tous les « résultats reproductifs » - chaque grossesse, fausse couche, naissance, mort in utéro ou avortement - au Danemark entre les années 1978 et 1992 – soit les résultats de plus d'un million de grossesses. Qu'a-t-elle trouvé ? Le risque de fausse couche augmente fortement à la fin de la trentaine et atteint près de 100% à 45 ans. Elle a également trouvé que le risque de grossesse extra utérine et de prématurité augmente avec l’âge.

Risque de fausse couche selon l’âge de la mère au moment de la conception

Quatre études britanniques et américaines (voir ici et ) ont en outre étudié les risques de fausses couches en lien avec l’âge du père : plus le père est âgé, plus le risque est augmenté, en particulier après 40 ans en raison d’une dégradation de la qualité du sperme (le risque de fausse couche est alors augmenté de 25 à 50% chez les pères de plus de 35 ans et même de 60% pour les pères de plus de 40 ans). Il convient toutefois de noter que l’âge combiné des deux partenaires est à prendre en considération, un père âgé de plus de 35 – 40 ans avec une femme de moins de 30 ans n’augmentera pas significativement le risque de fausse couche d’après une large étude européenne. Malheureusement, l’effet inverse n’est pas observé (un partenaire jeune n’améliore pas significativement le taux de fausse couche d’une femme de plus de 35 ans).

Fausses couches répétées

D’après une étude portant sur plus d’un million de grossesses, une femme ayant fait une ou deux fausses couches consécutives a les mêmes chances qu’une femme n’ayant pas fait de fausse couche de concevoir. En revanche si trois fausses couches ou plus surviennent au cours d’une même période de tentative de conception, les chances de concevoir naturellement diminuent jusqu’à devenir quasi nulle après 4 fausses couches consécutives. En outre, l'impact des fausses couches répétées sur les chances de concevoir augmente significativement avec l'âge et est plus sensible chez les femmes n'ayant jamais eu d'enfants.

Risque de fausse couche selon l’âge de la mère au moment de la conception et du nombre de fausses couches durant les 10 années précédentes
Graphique 1 : nullipares, Graphique 2 : multipares

Fausses couches et consommation d'alcool durant la grossesse

Une consommation modérée, d'un à deux verres par semaine, au cours du premier trimestre, augmente les chances d'une fausse couche au premier trimestre d'environ 30% et les chances d'une fausse couche au début du deuxième trimestre (entre 13 et 16 semaines de grossesse) d'environ 70 %, selon une vaste étude réalisée sur plus de 90 000 grossesses au Danemark. Le risque augmente avec une consommation d'alcool plus importante. Ainsi, boire 4 verres ou plus par semaine au cours du premier trimestre a pour conséquence de plus que doubler les chances de fausse couche précoce.

Résumé

En début de grossesse, le risque de fausse couche diminue avec chaque semaine qui passe, avec des baisses significatives autour de 7 semaines de grossesse, puis à nouveau après 12 semaines. La détection d'un rythme cardiaque foetal est un signe encourageant pour la suite de la grossesse. L'âge de la femme enceinte et de son partenaire affectent le risque global de fausse couche : le risque de fausse couche augmente substantiellement après environ 37 ans pour les femmes et 40 ans pour les hommes. Par ailleurs, le risque de fausse couche est identique pour une femme n’ayant jamais fait de fausse couches et pour une femme ayant fait jusqu’à deux fausses couches consécutives, c’est donc à partir de trois fausses couches lors d’une même période de conception que le risque de fausse couche ultérieure augmente. Enfin, la consommation d'alcool même légère au premier trimestre augmente d'au moins 30% le risque de fausse couche au premier trimestre et de plus de 70% le risque d'une fausse couche au début du deuxième trimestre.

ENVOYEZ MAINTENANT VOTRE ECHOGRAPHIE

Références

- En français :
Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Les pertes de grossesse. Site internet : CNGOF. Paris ; 2014 [consulté le 4 décembre 2017]
Ploteau S, Philippe H-J, Winer N. Métrorragies du premier trimestre de la grossesse. EMC - Obstétrique 2012;7(3):1-9 [Article 5-049-D-16]
Lepage J, Luton D, Azria E. Fausses couches spontanées à répétition. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;10(2):1-8 [Article 3-1320]

- En anglais :
Andersen AM1, Andersen PK, Olsen J, Grønbæk M, Strandberg-Larsen K. Moderate alcohol intake during pregnancy and risk of fetal death. Int J Epidemiol. 2012 Apr;41(2):405-13. doi: 10.1093/ije/dyr189. Epub 2012 Jan 9
Ammon Avalos, L., Galindo, C. and Li, D.-K. (2012), A systematic review to calculate background miscarriage rates using life table analysis. Birth Defects Research Part A: Clinical and Molecular Teratology, 94: 417–423. doi: 10.1002/bdra.23014
Cohen-Overbeek TE, Hop WC, den Ouden M, Pijpers L, Jahoda MG, Wladimiroff JW. Spontaneous abortion rate and advanced maternal age: consequences for prenatal diagnosis. Lancet. 1990 Jul 7;336(8706):27-9
Doubilet PM, Benson CB. Embryonic heart rate in the early first trimester: what rate is normal? J Ultrasound Med. 1995 Jun;14(6):431-4
Kleinhaus K, Perrin M, Friedlander Y, Paltiel O, Malaspina D, Harlap S. Paternal age and spontaneous abortion. Obstet Gynecol. 2006 Aug;108(2):369-77
Makrydimas, G., Sebire, N. J., Lolis, D., Vlassis, N. and Nicolaides, K. H. (2003), Fetal loss following ultrasound diagnosis of a live fetus at 6–10 weeks of gestation. Ultrasound Obstet Gynecol, 22: 368–372. doi: 10.1002/uog.204
Mukherjee S, Velez Edwards DR, Baird DD, Savitz DA, Hartmann KE. Risk of miscarriage among black women and white women in a U.S. Prospective Cohort Study. Am J Epidemiol. 2013 Jun 1;177(11):1271-8. doi: 10.1093/aje/kws393
de la Rochebrochard E, Thonneau P. Paternal age and maternal age are risk factors for miscarriage; results of a multicentre European study. Hum Reprod. 2002 Jun;17(6):1649-56
Slama R, Bouyer J, Windham G, Fenster L, Werwatz A, Swan SH. Influence of paternal age on the risk of spontaneous abortion. Am J Epidemiol. 2005 May 1;161(9):816-23
Tong S, Kaur A, Walker SP, Bryant V, Onwude JL, Permezel M. Miscarriage risk for asymptomatic women after a normal first-trimester prenatal visit. Obstet Gynecol. 2008 Mar;111(3):710-4. doi: 10.1097/AOG.0b013e318163747c
Wilcox AJ, Weinberg CR, O’Connor JF, Baird DD, Schlatterer JP, Canfield RE, Armstrong EG, Nisula BC. Incidence of early loss of pregnancy. N Engl J Med. 1988 Jul 28;319(4):189-94

On parle de nous

Jasmine T.

Super service, réponse en 2h avec la formule express et le résultat est cohérent avec ce que m'a dit ma gynéco, merci !

Hasna B.

Très contente, à voir dans deux mois à l'écho du deuxième trimestre mais j'ai confiance dans le professionnalisme de votre service ♥

Camille L.

Pour ma part la 1ère écho envoyée n'était pas interprétable j'étais déçue mais j'ai été remboursée et je préfère ça plutôt qu'on me réponde n'importe quoi... Et 2e écho une petite fille à plus de 95%, j'ai bien fait d'attendre pour être sûre !

Inès B.

Réponse reçue en 1h avec la formule express, merci !

Anne MB.

Je mets 4* car j'ai eu du mal à télécharger les photos mais sinon je suis contente, réponse super rapide !

Valentine D.

Je fais partie des malchanceuses qui ont une echo où on ne voit pas le bourgeon, votre méthode était la seule façon de savoir le sexe de bébé, je suis ravie de votre service, résultat fiable à 93% j'ai confiance ! Merci !

Meryem B.

Résultat confirmé pour moi vous aviez vu juste à seulement 11SA, merci, je recommande à toutes mes amies :)

Fatou D.

Super garçon à 90% je suis trop heureuse !

Flora K.

Fille 85% et plus de 480 images comparables c'est super !

Carole J.

J'ai envoyé les échos de mes deux ainés pour tester et ça a marché, on me dit fille à 87% pour ce 3e bébé j'y crois !!!

Laura H.

Garçon à 99% je pensais pas avoir un résultat aussi clair et net, merci !

Souhi F

C'est bien une petite fille (vous aviez dit fille à 11SA à 87%), je recommande votre service.

Charlotte D.

Réponse super rapide et explications détaillée merci et votre blog en plus est une mine d'informations :)

Clara H.

Babygram a fait mieux que mon médecin qui m’avait prédit fille alors que vous aviez bien vu que c’était un petit garçon, bluffant !

Océane F.

JE l’ai fait ainsi que ma cousine et une amie et c’est confirmé pour nous 3, merci je vous recommande les yeux fermés !

Deborah T.

Raté pour moi vous aviez dit fille à 75% et finalement c’est un garçon…

Julie S.

Je trouve ce service super pour les curieuses comme moi…

Gwen C.

4 ETOILES Très bien, merci !

Amira H.

Jai eu du mal à remplir le formulaire mais le service client a été super réactif et finalement réponse reçue en 2h nickel !

Jessica R.

Réponse reçue en 1h avec la formule express je suis contente merci !

Viviane S.

Grâce à vous j’ai su le sexe avant ma belle fille !!

Anna G.

Je pense que vous pourriez améliorer l’explication car je n’ai pas tout bien compris mais sinon je recommande !

babygram is featured in
babygram is featured in
babygram is featured in
babygram is featured in
babygram is featured in
babygram is featured in

Découvrez nos articles

La méthode du Bourgeon Génital

La théorie de Ramzi est-elle vraiment fiable ?

Ce qu'il faut savoir sur l'échographie du 1er trimestre

Tout savoir sur le décollement trophoblastique

La vérité sur le risque de fausse couche

COVID-19 : Les droits des femmes enceintes enfin reconnus !

Notre calendrier de grossesse chinois

Qui sommes nous?

L'intelligence artificielle pour prédire le sexe de bébé

Le VRAI du FAUX sur les méthodes pour connâitre le sexe de bébé

thumb up accurate method

REPONSE RAPIDE

Recevez votre résultat en moins de 24h et en priorité avec la formule Express

thumb up accurate method

METHODE FIABLE

Notre méthode scientifiquement prouvée est fiable en moyenne à 85% et jusqu'à 99%

thumb up accurate method

PAIEMENT SECURISE

Paiement géré par Stripe, protection de vos données par protocole SSL

thumb up accurate method

SERVICE CLIENT 24/7

Notre équipe est à votre disposition tous les jours pour toute question sur nos services ou votre commande.

Babygram est un service de divertissement et ne fournit pas de conseil d'ordre médical.
Voir conditions générales de vente et d'utilisation du site internet.
© 2020 by BABYGRAM