Rechercher

Fille ou garçon ? Le vrai du faux sur les méthodes pour connaître le sexe de votre bébé

Mis à jour : avr. 28




" Aujourd'hui, seules deux techniques scientifiquement prouvées permettent d'identifier le sexe de bébé de façon non invasive avant la naissance"


Vous savez que cela ne sert à rien mais vous adorez faire et refaire le test du pendule, observer de près vos nouvelles habitudes alimentaires, les changements de votre peau, ou encore regarder attentivement le calendrier maya ou chinois. Vous désespérez à l'idée d'attendre vingt-deux très longues semaines et l'échographie du deuxième trimestre pour savoir si votre bébé sera une fille ou un garçon ? ​ Ca tombe bien, vous n'êtes pas seule ! Selon l’Étude longitudinale française depuis l’enfance (enquête ELFE) menée en 2011, 85 % des parents souhaiteraient connaître le sexe de leur enfant à naître. En elle-même, cette aspiration n’est pas nouvelle comme en témoignent les nombreuses recettes de grand-mère et autres croyances décrites par Emmanuelle Berthiaud dans sa thèse de doctorat sur le vécu et la représentation de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles. Ce souhait de connaître le sexe du fœtus révèlerait en effet le besoin pour les futurs parents de se projeter et d'anticiper leur relation à l'enfant. ​ Or, il s'avère que seules deux techniques scientifiquement prouvées permettent aujourd'hui d'identifier le sexe du foetus de façon non invasive. La prise de sang. Un prélèvement du sang de la mère permettant d'extraire l'ADN du foetus permet dès 5 semaines de grossesse de connaître le sexe du bébé avec une fiabilité de près de 100% quand le test est significatif. Si cette technique est librement utilisée dans certains pays, elle est au contraire réglementée en France où seule la recherche de maladies notamment liées aux chromosomes sexuels justifie légalement un tel prélèvement (voir l'article 16-10 du code civil). En effet, l'assurance certaine du sexe de l'enfant à un stade précoce de la grossesse pose la question éthique de l'avortement sélectif qui pourrait en découler. Cela est d'autant plus vrai que, d'après l'enquête ELFE précédemment citée, près de 45% des parents déclarent avoir une préférence de genre pour leur futur enfant et d'après une enquête réalisée par l'hebdomadaire féminin ELLE, 18 % des femmes interrogées assurent qu'elles demanderaient une IVG si le sexe du futur bébé ne leur convenait pas. Ces avortements sélectifs sont d'ailleurs déjà une réalité qui concernerait jusqu'à 10% des grossesses en Angleterre comme le révèle un dossier du magasine The Independent. ​ L'échographie. Les échographies réalisées tout au long de la grossesse permettent d'avoir une assurance très fiable du sexe de l'enfant à naître (mais ce n'est jamais 100% certain, même avec les outils d'aujourd'hui !). En général, les médecins attendent l'échographie du deuxième trimestre pour annoncer le sexe de l'enfant à naître dans la mesure où l'échographie du premier trimestre n'est pas toujours interprétable selon le développement du foetus, la façon dont il se présente et le terme de la grossesse. La méthode du bourgeon génital est la seule méthode permettant d'interpréter une échographie du premier trimestre pour identifier le sexe du foetus et ce, dans le meilleur des cas, dès neuf semaines de grossesse. Au delà de 12 semaines de grossesse, l'analyse est fiable à plus de 90%  et atteint même 99% à 14 semaines (voir notre article ICI et l'étude scientifique dont sont tirés ces chiffres juste LA). Pour être vraiment précis, on peut indiquer qu'outre la technique du bourgeon génital, la mesure de la distance ano-génitale (distance entre le centre de l'anus et les organes génitaux) permettrait de connaître avec une certitude satisfaisante le sexe du feotus lors du premier trimestre, mais cette technique semble plus difficile à mettre en oeuvre à partir d'une image d'échographie (voir ICI pour plus d'infos). En tout état de cause, toutes les autres méthodes de lecture d'échographie du premier trimestre que vous pourriez trouver sur internet sont non démontrées par la science, c'est le cas de la méthode de Ramzi qui repose sur la position du placenta par rapport à l'oeuf et de la méthode de la forme du crâne qui a fait l'objet d'études scientifiques qui se sont avérées non concluantes. Gare aux arnaques ! ​ Enfin, toute méthode que vous pourriez trouver sur internet (ou qui vous est conseillé par vos proches) et qui ne repose ni sur une prise de sang, ni sur la méthode du bourgeon génital à partir d'une échographie est non démontrée scientifiquement (mais on le reconnaît, peut être très amusante !). C'est le cas des tests d'urine vendus sur internet, des calculateurs permettant de connaître le sexe du bébé à partir du jour de la conception ou de votre date de naissance, de toutes les croyances de grand-mères sur les symptômes ressentis durant la grossesse. Il a même été démontré que l'intuition de la mère n'était pas plus fiable que la hasard pour déterminer le sexe du foetus. ​ En résumé, si vous n'avez pas accès à la prise de sang, seule la méthode du bourgeon génital permet d'avoir une indication sur le sexe de votre bébé au premier trimestre, sans jamais que cette indication ne soit une assurance certaine du sexe de votre enfant. Et alors, qu'en est il de BABYGRAM ? Notre entreprise est la seule à suivre une démarche 100% scientifique et innovante : votre échographie est non seulement analysée par un expert sur la base de la méthode du bourgeon génital mais également à l'aide d'un logiciel d'intelligence artificielle que nous avons conçu et qui compare votre échographie à des milliers d'autres pour un résultat fiable à 85% en moyenne et jusqu'à plus de 99%. Notre analyse d'échographie par intelligence artificielle fait actuellement l'objet de la rédaction d'un article de recherche et pourra bientôt rejoindre officiellement les autres méthodes scientifiquement démontrées pour connaître le sexe de bébé au premier trimestre ! Si cela vous intéresse, cliquez juste ICI pour nous envoyer votre échographie, nous nous ferons un plaisir de l'analyser et vous apporter la meilleure réponse possible sur la base de la science !


On vous aime ! Aimez nous ♡


Références


1. Efrat Z, Akinfenwa OO, Nicolaides KH. First‐trimester determination of fetal gender by ultrasound. Ultrasound Obstet Gynaecol 1999; 13: 305–7. [PubMed]

2. Nadiya Kazachkova, Julia Gontar, Oleg Verlinsky, and Igor Ilyina. Successful early fetal sex determination using cell-free fetal DNA isolated from maternal capillary blood: A pilot study 2019; Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol X. [PubMed]

3. Bowman-Smart H, Savulescu J, Gyngell C, Mand C, Delatycki MB. Sex selection and non-invasive prenatal testing: A review of current practices, evidence, and ethical issues. Prenat Diagn. 2019 Sep 9. doi: 10.1002/pd.5555. [PubMed]

4. Emmanuelle Berthiaud, « “Attendre un enfant” : vécu et représentation de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France) », thèse de doctorat d’histoire moderne et contemporaine, Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 2011 ; Jacques Gonzalez, « Le sexe de l’enfant à venir », in René Frydman et Myriam Szejer (dir.), La Naissance. Histoire, cultures et pratiques d’aujourd’hui, Paris, Albin Michel, 2010, p. 622-626 ; Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet, Histoire des mères, Paris, Montalba, 1977 ; Mireille Laget, Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique, Paris, Seuil, 1982 ; Catherine Rollet et Marie-France Morel, Des bébés et des hommes. Traditions et modernité des soins aux tout-petits, Paris, Albin Michel, 2000.

5. Agnès Pélage, Sara Brachet, Carole Brugeilles, Anne Paillet, Catherine Rollet et Olivia Samuel. « Alors c’est quoi, une fille ou un garçon ? » Travail de préparation autour du genre pendant la grossesse​. Dans Actes de la recherche en sciences sociales 2016/4 (N° 214), pages 30 à 45

6. Étude longitudinale française depuis l’enfance (enquête ELFE), 2011, INED.

7. https://amelioretasante.com/connaitre-le-sexe-du-bebe-avec-la-methode-ramzi/

8. Michael McFadzen, David P. Dielentheis, Ronda Kasten, Maharaj Singh, and Joe Grundle, Maternal Intuition of Fetal Gender, J Patient Cent Res Rev. 2017 Summer [PubMed]

9. A. Arfi, J. Cohen, G. Canlorbe, S. Bendifallah, I. Thomassin-Naggara, et al.. First-trimester determination of fetal gender by ultrasound: measurement of the ano-genital distance. European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology, Elsevier, 2016, ff10.1016/j.ejogrb.2016.06.001ff. ffhal-01332592f

10. https://www.independent.co.uk/news/health/selective-abortions-gender-tests-girls-uk-labour-a8540851.html


#sexebébé #bourgeongénital #filleougarçon #ramzi


0 vue

Toutes les références utilisées pour rédiger les articles sont détaillées en fin de post. Ces informations sont données à titre informatif et ne constituent pas un conseil d'ordre médical.